Stéphane Braconnier

Stéphane Braconnier est né en 1958 et décédé en 2015 à Lyon.

Diplômé de l’Ecole nationale des Beaux arts de Lyon avec les félicitations du jury ainsi que du Prix de Paris en 1983.

Au début des années 1980, il réalise des peintures abstraites habitées par le noir, comme un de ses maîtres, Pierre Soulages.

À partir de 1982, il renonce en partie à ce procédé, et ôte la couche de peinture noire pour travailler sur la couleur pure et sur la forme. Il travaille à la cire, cette technique lui permettant de décliner de subtiles harmonies chromatiques autour de la lumière, et d’osciller entre opacité et transparence. Il devient, dans les années qui suivent, une des figures emblématiques de la génération montante.

Stéphane Braconnier a exposé dans des galeries prestigieuses telles que Alice Pauli et Lucien Durand, mais aussi dans de grands musées comme le Centre Pompidou qui lui acheta une œuvre de 1984 : « Celui de Polichinelle ».

Thierry Raspail, conservateur du Mac de Lyon, et, directeur de la Biennale d’art contemporain, acheta en 1996, une œuvre monumentale qui figure dans les collections musée. « Fantômes ». Cires et paraffines moulées, une technique qui fait la réputation de Stéphane Braconnier et suscite, l’adhésion de très nombreux collectionneurs.

Après avoir introduit la photographie dans ses tableaux, l’artiste revient à la peinture. Les noirs profonds témoignent de ce passage par la photographie tandis que les transparences montrent le plaisir retrouvé des subtilités chromatiques aux confins de la lumière.

_Accueil-sitedétail d’un œuvre de Stéphane Braconnier, 1986